11 mars 2007

La Factory

name1

Lieu rêvé, fantasmé, réinventé, la Factory demeure le symbole d’une utopie d’un nouveau genre.

La Factory était l’atelier d’Andy Warhol. Il y eut plusieurs Factory dans la carrière de l’artiste : ses premiers ateliers de graphisme, puis, entre 1964 et 1968, la Silver Factory aux murs tapissés de feuilles argentées, qui lui servit de studio de tournage, d’atelier de sérigraphie, de lieu de rendez-vous mondains et d’espace de vie sociale où pop stars, artistes et dealers se rencontraient. Enfin, après la tentative d’assassinat de l’artiste par la militante féministe Valerie Solanas, la troisième Factory, désormais studio professionnalisé et fermé au public.

La Factory n’appartient pas au registre de l’histoire de l’art ou des questionnements ésthétiques. Elle appartient à un univers qui se situe plutôt au niveau de l’art du cosmétique, de la stylisation de soi. Le rêve d’une utopie dont les transsexuels et les drogués sont les principaux acteurs.

factory

La Factory était un lieu éphémère dont il ne reste plus de trace physique aujourd’hui. Elle est chargée du souvenir tragique du sort de beaucoup de ceux qui y passèrent sans jamais s’en remettre : Edie Sedgwick, Candy Darling, Eric Emerson…

Mais l’Usine de Warhol fut aussi un concentré de manipulations, de courtisaneries, d’hypocrisies et d’exclusion.

En réalité, les acteurs de la Factory furent les premiers auteurs du fantasme qu’elle a fini par incarner : « Je ne peux rien te dire de la Factory; confiait il y a quelques années l’artiste suisse Olivier Mosset, comme tous ce qui s’y trouvaient, je ne me souviens de rien. » Lieu controversé, perdu pour l’histoire mais gagné à l’imagination collective. Un endroit miraculeux, une petite ville dans New York où tout le monde se croisait.

silver_factory_edited

Posté par andywarhol à 16:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur La Factory

Nouveau commentaire